Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

30/12/2014

Lecture de La Chèvre noire (extraits)

1.JPGLa Chèvre noire 2.ppt

Lecture des premières pages de La Chèvre noire (éditions Publie.net ) et peintures par Caroline François-Rubino

 

Écrit par francoisrannou dans Livre, mes livres | Lien permanent |  Facebook | |

29/12/2014

Légendes, avec Hung Rannou

ce travail, a priori sans terme prévu, naît d’une correspondance internet entre l’artiste Hung Rannou [1] et moi-même [2]. il m’envoie, par courriel, une image qu’il choisit. sans considérer son statut esthétique, social — c’est une photo prise dans un magazine ou par lui-même, un extrait de video, une peinture... Qu’est-ce qui la détermine pour lui comme image ?

en décidant de la scanner pour que sur l’écran de mon ordinateur elle me parvienne, loin de la vider, ainsi, d’une sorte de substance, ne la rend-il pas, plutôt, me semble-t-il, à une sorte de nudité troublante ? — est-ce le point defuite fascinant que recèle toute image en son rayonnement secret ?

celle-ci, pour moi qui la télécharge, peut porter un mystère, une interrogation, une évidence significative, peu importe. elle devient plus dense, elle pèse alors, paradoxe sans doute, du même poids qu’une pierre et, comme une porte, elle ouvre au-delà de soi, littéralement. j’observe. séduit. intrigué. longtemps. puis je m’en détourne. je la mets, brutalement presque, de côté. je la laisse résonner en moi — m’en détache pour en mieux percevoir la percussion sourde, le battement d’air, la réelle gravité. distance critique en somme ? le texte vient de cet écart, en tous cas, et toujours d’une traite, dans une sorte d’improvisation — assis, par exemple, sur le rebord d’un muret le long de la grand’route.

j’adresse le texte à hung. une légende se réalise ainsi. avec toujours un souci de sobriété, de simplicité dans la présentation. une légende, c’est-à-dire quoi ? « ce qui doit être lu », en latin : d’habitude, les mots sont là pour signaler un sens, décrire, expliquer. ici, c’est plutôt, on l’aura compris, le hiatus qui pointe, ce qu’on peut percevoir comme un décalage, mais qui est comme l’air entre le vêtement et la peau, entre notre peau et notre parole. qu’est-ce qui est indiqué ? peut-être un vide, le vide sur lequel repose toute représentation, et nous essayons, par ces légendes notamment, de nous affranchir — est-ce possible ? n’est-ce pas un leurre ? — de toute prise de figuration dans le langage...


http://remue.net/spip.php?article2462

 

Écrit par francoisrannou dans Livre, livres avec des artistes | Lien permanent |  Facebook | |

Extrait de Tisse la ressemblance avec le peintre Hung Rannou

extrait de Tisse la....jpg

Ce livre "d'artiste" fut édité par Erwann Rougé. Hung et moi avons travaillé sur des paroles, des intuitions, des mouvements, et chacun connaissait bien le travail de l'autre...

Écrit par francoisrannou dans Livre, livres avec des artistes | Lien permanent |  Facebook | |